Mission et principes

Mission

L' Association étudiante des cycles supérieurs en science politique poursuit une triple mission :
1) elle sollicite et nourrit la participation de ses membres à la vie sociale et politique;
2) elle assure la défense de leurs droits et intérêts;
3) enfin, par les réflexions qu’elle propose et les actions qu’elle pose, elle oeuvre pour la transformation de la société.
Cette triple mission prend appui sur six principes.

Principes

1. Démocratie directe
L'AÉCSSP fonctionne selon le principe de la démocratie directe, c'est-à-dire un mode d'organisation politique privilégiant la prise de décision en assemblée générale sur la base de la délibération participative. En ce sens, l’association est structurée de façon horizontale et non hiérarchique: chacune des décisions est formulée, débattue et adoptée en assemblée générale (AG). La décentralisation, l'action collective, la participation individuelle et la délibération demeurent des moyens d'actions privilégiés.

2. Syndicalisme de lutte
L'AÉCSSP considère que le syndicalisme de lutte est le mode d'action étant le plus en mesure de conjuguer les principes de l'association avec les exigences de la réalité concrète.

Le syndicalisme de lutte consiste d'abord en l'information constante des membres de l'organisation pour permettre la prise de décisions éclairées en démocratie directe en vue de développer une mobilisation intensive pour obtenir gain de cause.

Au niveau de la mobilisation, l'escalade des moyens de pression en vue d'établir un rapport de force (politique, économique ou symbolique) contre les autorités est le moyen privilégié pour atteindre les objectifs de l'Association.

Le syndicalisme de lutte implique ainsi de mettre sur un pied d'égalité les revendications spécifiques de l'organisation (touchant les intérêts particuliers des membres) et ses revendications sociales afin de développer un discours cohérent, solidaire et apte à transformer la société.

3. Liberté dans l’égalité
Cette transformation des rapports de pouvoir est nourrie par une conception du vivre ensemble considérant indissociables liberté et égalité. La liberté y est considérée comme le fait de n’entretenir aucune relation de domination ou de subordination et n’est réelle que si chaque personne dispose de conditions socio-économiques égales. Cette liberté est conséquemment concrète en ce qu’elle dépasse le seul droit juridique pour s’ancrer dans la capacité des communautés de pouvoir agir sur la réalité.

Cette conception du vivre ensemble est à son tour nourrie par les principes du féminisme, de l’écologie sociale et de la solidarité sociale.

4. Féminisme

Le féminisme est une position politique et philosophique qui reconnaît et dénonce les relations de pouvoir inégalitaires entre les genres. Le genre est défini comme une identité féminine ou masculine socialement construite. Ainsi, le féminisme défend l’idée que les inégalités, les oppressions et le différentialisme sur la base du sexe sont infondés et ne sont que le résultat de l’organisation patriarcale de la société. Possédant des bases historiques et se perpétuant quotidiennement dans les rapports sociaux, ces inégalités doivent être activement combattues dans le but d’une égalité et de la fin des rapports de pouvoir liés au genre.

5. Écologie sociale
Au quotidien, l'Association veille à réduire autant que possible l'empreinte écologique de ses activités. Sa démarche environnementale ne se limite pas à ces activités et s’appuie sur la reconnaissance des liens entre problèmes écologiques et problèmes sociaux : les premiers ne pouvant être compris et résolus si les seconds sont évacués. Cette démarche la conduit dès lors à privilégier la décroissance (plutôt que le développement durable, qui vise à développer durablement le capitalisme), les initiatives collectives originales et les mesures punitives contre les pollueurs.

6. Solidarité sociale
L'AÉCSSP considère que le principe de solidarité sociale est essentiel pour construire des fronts de luttes aptes à transformer la société selon les principes énoncés ici.

En ce sens, l'AÉCSSP appuie les diverses luttes d'autonomie et de défense des droits des Autochtones dans une perspective anti-colonialiste et respectueuse des traditions ancestrales de ces peuples. De la même manière, l'Association soutient les luttes pour les droits des immigrant-e-s et se prononce contre l'ensemble des mesures répressives et pour l'abolition de l'ensemble des frontières.

L'Association s'inscrit dans la lignée des groupes anti-racistes visant à faire respecter la diversité humaine à tous les niveaux. De même, l'AÉCSSP se positionne contre l'hétérosexisme et soutiendra les groupes agissant en ce sens.

L'Association souhaite enfin appuyer, dans la mesure de ses moyens, toutes les organisations luttant pour défendre et promouvoir ses six principes, que ce soit au niveau local, national ou mondial.

Principes adoptés à l'assemblée générale du 17 novembre 2009